Même si l’EFT produit des résultats remarquables, il est toujours au stade expérimental. Ainsi, les praticiens et le public doivent assumer leur entière responsabilité lors de l’utilisation de cette technique. Si vous voulez avoir des renseignements sur l’application de l’EFT pour un problème émotionnel ou physique particulier, adressez vous à un praticien confirmé ou un professionnel reconnu de la santé mentale. Si nécessaire, consultez un médecin qualifié et formé à l’EFT.

Newsletter

Inscription  désinscription
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com

La psychologie énergétique : un nouveau paradigme pour tous les soignants et accompagnant

Le terme psychologie énergétique décrit un nouveau champ d’interventions psycho-corporelles qui équilibre, restaure et améliore le fonctionnement humain en stimulant le système humain d’énergie subtile. Ces techniques se sont répandues partout dans le monde, en grande partie via Internet, et on a pu observer qu’elles catalysaient des changements rapides, spectaculaires et durables au niveau cognitif, émotionnel et comportemental.

 

Au cours des trente dernières années, depuis la découverte d’un docteur américain en psychologie, Roger Callahan, plus de trente variantes de ces techniques sont apparues. Les modalités de la psychologie énergétique incluent des thérapies telles que l’Emotional Freedom Technique (EFT), la Thought Field Therapy (TFT), l’Advanced Integrative Therapy (AIT), la Heart-Assisted Therapy (HAT) et bien d’autres Sous cet ensemble de théories et techniques, les modalités de la psychologie énergétique combinent l’exposition intentionnelle et imaginaire au problème à traiter et la stimulation et/ou l’équilibrage énergétique du corps humain. Apparemment simple dans la technique, les résultats peuvent être rapides et surprenants. La version la plus populaire de la psychologie énergétique et de toutes les thérapies basées sur les méridiens est l’EFT, Emotional Freedom Technique.

 

Le principe actif de la psychologie énergétique

 

Le dénominateur commun qui sous-tend les techniques de psychologie énergétique implique la mise en mouvement de l’énergie corporelle, que ce soit par le biais de stimulations de points spécifiques sur le corps, par le toucher ou par l’intention. (…). La psychologie énergétique prend racine dans la médecine traditionnelle chinoise, le qi gong et le travail des pionniers modernes tels que George Goodheart, chiropracteur et fondateur de la kinésiologie appliquée en 1964, l’Australien John Diamond, psychiatre et le psychologue Roger Callahan, fondateur de la Thought Field Therapy. (…).

Il est bien établi que les souvenirs, les croyances, les sentiments, les pensées et les habitudes comportementales sont codés dans le cerveau. Il n’y a également aucun doute quant au fait que l’énergie transporte des informations, comme le font les ondes lumineuses qui vous permettent de lire ces mots, comme le font également les ondes sonores, les ondes radio et d’autres fréquences électromagnétiques telles que les rayons X. On connait beaucoup moins bien la manière qu’ont ces énergies électromagnétiques d’interagir en coordonnant des processus psychologiques, les champs énergétiques permettant d’organiser les neurones du cerveau lorsqu’ils codent l’information. 

Le modèle explicatif original de la psychologie énergétique était la formulation de Roger Callahan des « thought fields », des « champs de pensée ». Callahan voyait le champ de pensée comme un « champ de force » du corps, « transportant des pensées et des informations » (Callahan et Callahan, 2011). La Thérapie des champs mentaux de Callahan enseigne au client comment s’accorder au champ de pensée associé à un problème psychologique. La stimulation de certains points d’acupressure à la suite de l’activation mentale de ce champ de pensée neutraliserait les perturbations énergétiques liées à ce problème. Le résultat escompté de cette suite d’actions est une altération du champ de pensée qui entretient les réactions émotionnelles, les comportements et les modes de pensée problématiques.

La stimulation de points d’acupuncture semble améliorer les résultats cliniques sur plusieurs plans. Les études utilisant l’imagerie cérébrale évoquées précédemment montrent que la stimulation de certains acupoints envoie des signaux désactivateurs directement à l’amygdale et génèrent des schémas d’ondes cérébrales qui inhibent les peurs acquises. Par voie de conséquence, le cortisol et les autres substances liées à la peur ne sont pas sécrétées, l’hippocampe et les régions corticales supérieures restent actifs, et des expériences formatrices peuvent être reconsolidées de manière à mettre à jour les modèles internes et les lier à des réseaux neuronaux adaptatifs. 

 

Dans les séances de psychologie énergétique, le client est invité à penser à un souvenir ou un déclencheur qui s’accompagne d’une émotion gênante. Plutôt que d’essayer immédiatement de gérer l’émotion, les protocoles de psychologie énergétique stimulent ensuite les acupoints qui permettent d’améliorer l’équilibre et la cohérence du champ énergétique qui a un effet sur les neurones et les voies neuronales. 

 

Modifications cérébrales 

Le nombre de recherches scientifiques sur les soins énergétiques est en train de croître d’année en année, notamment outre Atlantique. Même si la plupart des études sont réalisées Etats-Unis ou dans les pays anglophones, une toute nouvelle étude en France a été lancée par Aymeric Guillot, jeune chercheur et Professeur des Universités en neurosciences à l'université Claude Bernard Lyon 1 (spécialisation en sciences et techniques des activités physiques et sportives), Membre honoraire de l'Institut Universitaire de France et Jean-Michel Gurret, psychothérapeute et fondateur de l’Institut Français de Psychologie Énergétique clinique. Cette étude tombe à point nommé car à l’heure actuelle personne n’est réellement capable de comprendre ce qui se passe dans le cerveau lors d’une séance d’EFT ou de psychologie énergétique (Matrix Reimprinting). 

Dans cette étude réalisée à Lyon, Aymeric Guillot et son équipe ont exposé de manière indirecte une personne qui souffre de trouble anxieux (phobie de l’avion) à des images et des pensées anxiogènes. Ils ont étudié le champ électromagnétique de son cerveau avant et après une séance d’EFT en l’exposant de différente manière, à des situations susceptibles de déclencher ses troubles. 

L’objectif était de comprendre dans quelle mesure un travail en EFT est susceptible de manière directe ou indirecte de diminuer les troubles anxieux liés à l’avion et comment cela pouvait se matérialiser par des corrélas, par des activations spécifiques au niveau des neurones. 

Ils ont observé dans un premier temps des résultats assez classiques sur des diminutions de l’échelle d’anxiété de manière générale avec des questionnaires psychologiques avant et après la séance d’EFT. La particularité de ce travail était de savoir ce qui se passait véritablement à l’intérieur du cerveau. Ils ont donc exposé le sujet à trois formes de stimulations :

1) des stimulations totalement neutres susceptibles de ne pas déclencher de sentiment phobique, 

2) des situations externes où la personne devait observer des images de crashs aériens, de vues aériennes qu’elle avait au préalable présélectionné comme étant des images qui activaient le plus son anxiété. 

3) Et, une situation plus endogène, plus interne, où la personne devait se remémorer, se souvenir d’épisodes traumatiques qu’elle avait vécu en avion. 

Ils ont réalisé une évaluation comportementale qui visait à observer dans quelle mesure le sujet ressentait de l’anxiété au moment où on explorait l’activité du cerveau lorsqu’il était confronté à ces images externes ou à ces représentations internes. Et ils se sont rendus compte qu’il y a bien une diminution significative de l’anxiété perçue quelle que soit la nature des images. 

Ils ont observé une diminution assez marquée de l’activité dans les régions sensori-motrices qui sont liées aux possibilités d’action qui sont en relation directe avec les images auxquelles le sujet était confronté. Après la séance, ces images génèrent moins d’anxiété et elles traduisent une diminution des pics d’activation qui sont susceptibles de déclencher ses troubles anxieux. 

De la même manière lorsqu’on demande au sujet de se rappeler les problèmes auxquels il a été confronté auxquels elle a été confrontée, on observe des résultats équivalents mais dans des régions différentes. Ils ont regardé ce qui se passe au niveau de l’hippocampe dans le système limbique (c’est-à-dire le cerveau des émotions) qui sont liés à l’évocation, à la fabrication des souvenirs, à la mémorisation à long terme. C’est en quelque sorte comme si avant la séance d’EFT, le fait de s’imaginer des situations anxiogènes, génère des sentiments d’anxiété très important et qu’après la séance d’EFT, on a une extinction de ces voies affectives, une prise de distance, une reconsolidation de voies beaucoup plus positive qui permettrait de corréler, d’objectiver cette diminution d’anxiété. Une observation encore plus approfondie a permis d’identifier des réseaux prédicteurs de l’efficacité du travail en EFT et d’observer les changements de réactions au niveau des structures sous-corticales, au niveau du cervelet et de la désactivation de l’amygdale. 

Cette étude pilote corrobore les résultats de l'efficacité thérapeutique des interventions en EFT pour soulager les phobies et éclaire pour la première fois sur la plasticité cérébrale induite par une seule séance d'EFT. Les résultats du projet pilote devraient encourager les recherches futures. Des expériences contrôlées randomisées combinant des mesures subjectives et objectives, y compris des enregistrements d'imagerie cérébrale fonctionnelle, seront nécessaires pour évaluer adéquatement l'efficacité de l'intervention EFT et approfondir la compréhension actuelle des processus neuropsychologiques qui sont à l'origine des effets thérapeutiques. 

 

 

Plus de 100 études scientifiques

 

Aujourd’hui, on recense plus d’une centaine d’études sérieuses qui ont été publiées dans des revues scientifiques à comité de relecture, dans le domaine de la médecine et de la psychologie. Parmi ces études, plus d’une trentaine sont des essais randomisés contrôlés. Un essai randomisé contrôlé est un type d'étude scientifique utilisé en médecine et en psychologie. C'est la référence dans un domaine pour établir la validité d'un fait en ce qui concerne les essais cliniques. Les Essais Randomisés Contrôlés sont souvent utilisés pour tester l'efficacité de plusieurs approches thérapeutiques dans une population de patients. Et 98% de ces études montrent que la psychologie énergétique et très efficace.

 

L’apport de la perspective énergétique dans les contextes de la recherche et des traitements nous donne des aperçus nouveaux et extrêmement pratiques sur les mystères de la nature. La tension entre l’« élargissement des horizons » et la pensée critique peut en revanche créer des défis dans toutes les disciplines, notamment quand celui-ci s’attribue des résultats controversés dont les causes sont difficiles à attribuer à des énergies qui sont difficiles à détecter. Néanmoins, le soutien empirique dont bénéficie l’idée qu’il existe des énergies qui ne sont pas habituellement prises en compte dans la pratique clinique – que nous avons vu dans cette lettre– est disponible et peut être passé en revue par tout un chacun. Malgré ses controverses, ses mécanismes d’action inexpliqués et son effort pour repousser les limites des cadres habituels de travail en clinique, la psychologie énergétique s’avère être une intervention efficace pour la santé et le bien-être ainsi qu’une voie de passage vers le monde mystérieux des énergies subtiles.

 

L’IFPEC : le centre francophone de formation à la psychologie énergétique

 

IFPEC FORMATIONS est l’Institut Français de la Psychothérapie Émotionnelle et Cognitive. 

Je l’ai fondé il y a quelques années avec la conviction sur des bases scientifiques solides, des valeurs fortes comme l’éthique, la déontologie et la qualité, IFPEC Formations -Institut Français de Psychothérapie Émotionnelle et Cognitive- est un centre de formation continue qui s’adresse exclusivement aux professionnels de la santé mentale pour ses formations courtes et aux personnes en reconversion pour la formation longue sur 3 ans. IFPEC Formations développe l’utilisation de ces techniques dans un modèle du patient intégratif, basé sur le socle des Thérapies Cognitivo-Comportementales (TCC) et enrichi par les apports de la psycho-dynamique et de la systémique. L’IFPEC a aussi pour vocation de développer la connaissance et la pratique de la psychothérapie, de la psychologie et des activités liées à la santé mentale, par tous moyens envisageables tels la mise en place d’un centre de formation, le développement de sites internet, de formations à distance, l’organisation de séminaires, le partage de ressources matérielles et intellectuelles, la mise en place d’actions communes, l’organisation d’événements. Son but est également d’assurer une certification des compétences professionnelles en psychothérapie auprès des thérapeutes, de tenir un listing national de thérapeutes certifiés et un site web ainsi que de garantir l’effectivité des compétences cliniques par l’organisation d’une formation continue.