Même si l’EFT produit des résultats remarquables, il est toujours au stade expérimental. Ainsi, les praticiens et le public doivent assumer leur entière responsabilité lors de l’utilisation de cette technique. Si vous voulez avoir des renseignements sur l’application de l’EFT pour un problème émotionnel ou physique particulier, adressez vous à un praticien confirmé ou un professionnel reconnu de la santé mentale. Si nécessaire, consultez un médecin qualifié et formé à l’EFT.

Newsletter

Inscription  désinscription
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com
  • www.eftunivers.com

Un problème émotionnel responsable du surpoids

Ceux qui se « battent avec la balance » apprécieront cet article de Helen Bressler. Il illustre le fait que maigrir nécessite la résolution d’émotions anxiogènes. Sans cette étape vitale, l’anxiété appelle l’apaisement et souvent la nourriture est souvent « la drogue de choix ».


Helen P. Bressler Rev, Dip CH

Mary (le nom a été changé par discrétion) est venue me voir pour son problème d‘excès de poids. Elle avait ce surpoids depuis son enfance et n’arrivait pas à trouver de réponse à la perte de poids pas plus de motivation ni d’état d’esprit pour diminuer son comportement négatif face à la nourriture. Même si son régime était riche en hydrates de carbone simples, protéines et légumes, il était aussi composé de grandes quantités de plats préparés et de sandwiches, des snacks riches en sucres rapides et graisses saturées. Mary approchait la cinquantaine et pesait 115 kilos pour une taille de 1 mètre soixante-cinq.

Mary d’une façon générale en avait assez, elle avait essayé des régimes divers et variés de plus en plus sport depuis des années. Elle faisait déjà 6 km à pied pour aller travailler chaque jour, et cela depuis plusieurs années, mais aucune de ses tentatives ne tenaient plus de 2 semaines excepté le trajet pour aller au travail.

Lorsqu’elle a été incitée à aller regarder plus loin dans ses ressentis à propos de son poids, Mary raconta qu’elle avait commencé à prendre du poids à la mort de sa mère elle venait alors d’avoir 6 ans. Sans forcer nous avons sondé davantage ce scénario où nous avons découvert que Mary ne s’était jamais sentie abandonné, en colère ou délaissée, ainsi que je dois le reconnaître j’avais supposé, mais elle avait gardé un sentiment d’anxiété après le décès de sa mère.

Nous nous sommes adressées à l’anxiété tout d’abord en utilisant les tests musculaires pour vérifier l’inversion psychologique ; inconsciemment, Mary voulait en fait retenir son poids. En découvrant cela et étant rassurée que l’inversion était plutôt normale et expérimentée par à peu près la moitié de la population, Mary était d’accord pour tapoter d’abord sur son souhait implicite de conserver son poids. La préparation faite sur le point sensible : « Même si je veux garder mon excès de poids, je m’aime et je m’accepte complètement et profondément et je me pardonne ». Après l’affirmation, nous avons tapoté sur les points en disant : « garder mon poids » et « je ne veux pas perdre mon poids » alternativement.

Puis je lui ai demandé d’évaluer le niveau d’anxiété sur une échelle de 0 à 10 à laquelle elle répondit « 10 ». Nous avons exploré les différentes possibilités de la formulation de la préparation et nous nous sommes arrêtées sur « Même si je suis toujours angoissée de la mort de ma mère… » Après 3 séries Mary sentit son angoisse tomber à 4 sur 10 elle était capable de parler plus ouvertement de sa mère et de sa mort sans la charge émotionnelle qu’elle ressentait depuis presque 44 ans. Excitée d’emmener la préparation et les tapotements chez elle, je lui ai demandé de tout reprendre une fois, chaque soir sur une période de 4 semaines.

Nous avons eu notre rendez-vous suivant 5 semaines après et la session a commencé avec « une Mary » transportée. Elle avait perdu 7 kilos en moins de 5 semaines et s’est exclamée d’un ton animé que son comportement avec la nourriture avait changé. Elle continuait à tapoter chaque soir avant de se coucher, car elle se sentait motivée et rassurée en le faisant. Elle expliqua aussi qu’elle se sentait libérée de la responsabilité de la mort de sa mère et qu’elle sentait qu’elle accomplissait quelque chose pour elle-même ( responsable de ses habitudes alimentaires et perte de son surplus de poids) sans ressentir aucune culpabilité.

Apparemment depuis la mort de sa mère, tout ce qu’elle faisait était suivi d’un sentiment d’angoisse. J’envisageais d’explorer plus loin son angoisse et je lui demandais si d’autres types d’émotions étaient présentes au moment de la mort ou depuis. Comme Mary était sincère dans son incapacité à trouver quelque autre émotion rattachée ou sous-jacente à l’anxiété, je décidais de ne pas lui poser de questions qui auraient pu être gênantes.

Mary continue le tapping, à perdre du poids d’une manière saine et progressive, a un régime alimentaire équilibré sans sandwiches tout prêts qui maintenaient son surpoids. Elle déclare qu’elle vit la vie de façon plus libre et qu’elle a des relations affectives avec ses enfants et son mari plus profondes.

Les bénéfices que j’apprécie hautement avec l’EFT sont les effets secondaires annexes, comme la relation plus intime qu’a vécu Mary, ou aussi la simplicité qui rend cela si facilement accessible.

 

Helen P. Bressler

 

Traduction issue du site www.eftuniverse.com : Françoise Vaché